Massacre à la tronçonneuse

tristesse-epreuve

Dans le cadre de la formation à l’IUFM, nous avons régulièrement des séances à préparer en petits groupes, dans les différentes matières, que nous appliquons ensuite en classe à l’école Annexe.
Depuis la rentrée, nous travaillons sur l’histoire. En tout, nous avons fait 3 séances. J’étais chargée de la dernière. Nous l’avions préparée ensemble mais difficilement, ne voyant pas vraiment comment la mener correctement.

Chanceuse comme je suis, ma séance est tombée en plein stage de pratique accompagnée des PE1 et le jour où notre prof d’histoire venait nous observer… Il y avait donc pendant ma séance mes 2 collègues de PE2, la stagiaire PE1, l’instit de la classe et mon prof d’histoire.

La séance s’était à mes yeux à peu près bien passée, même si je ne l’avais pas trouvée exceptionnelle. J’avais tenu le temps prévu, on était arrivé à la bonne conclusion. Quelques élèves étaient un peu agités mais rien de catastrophique.

De toute évidence je ne suis pas assez auto-critique puisque l’heure qui a suivi j’ai eu droit à un démontage en règle de ma séance par le prof d’histoire devant tout le monde (sauf les élèves bien sûr). Après avoir dit en une phrase « Il y avait des choses pas mal », tout le reste n’a été que critiques négatives, du « Ta séance n’était pas assez dynamique, tu n’étais pas assez dynamique, soit les élèves s’agitaient soit ils décrochaient complètement », en passant par « Il y avait beaucoup trop d’oral », « ta trace écrite n’était pas assez précise », « ton document d’accroche n’était pas très bien choisi », « tes questions étaient beaucoup trop vagues »… pour finir par un « à part quelques élèves, je ne suis pas sûr que les autres aient retenu grand chose » !  Ce n’est que quand il s’est aperçu que j’avais les larmes aux yeux qu’il a arrêté le massacre…

Je m’en suis voulu d’avoir craqué comme ça, mais il m’a vraiment poussée à bout… On nous serine sans arrêt sur le fait qu’il faut valoriser les réussites des élèves, ne pas les enfoncer lorsqu’ils font des erreurs, alors qu’eux font exactement le contraire ! Comme s’ils attendaient qu’on soit parfaits dans toutes les matières, que toutes nos préparations soient au top… Il me semble qu’une année de formation c’est justement fait pour faire des erreurs, pour apprendre, progresser ! C’est bien de faire le point sur ce qui ne va pas, mais c’est quand même motivant d’avoir aussi des retours sur ce qui est bien !

En début d’année, j’avais appelé un peu au secours par rapport à mon stage du lundi. Deux de mes maîtres formateurs étaient venus me voir. Je viens d’avoir les comptes rendus aujourd’hui. Pour un c’est correct, bien évidemment il y a des choses qui ne vont pas, mais il y a aussi des points positifs. Le second par contre me flingue complètement ! Quand je le lis, j’ai l’impression que je ne fais faire que du coloriage à mes loulous !!

J’ai cru rêver, il vient me voir parce que j’ai demandé un peu de soutien, j’avais besoin d’être rassurée et il me pond un rapport qui m’enfonce encore un peu plus dans mes doutes ! Heureusement que je ne l’ai pas lu juste après sa visite…

Bref en ce moment, j’accumule les remarques de ce genre et je commence à en avoir ras le bol.. Si je n’avais pas eu de super compte rendu pour mon stage de 3 semaines, je pense que je songerais sérieusement à me reconvertir. Je crois toujours que c’est ma voie, que je suis faite pour ça, mais franchement, un peu d’encouragements ne feraient pas de mal…

Vous aimerez peut-être :