Cauchemar éveillé…

enervé

Voilà à peu près de quoi j’avais l’air cet après-midi en classe… Autrement dit, ce n’était pas très beau à voir !

Aujourd’hui, c’était le premier jour avec la nouvelle répartition des classes. Le matin avec des petites et  moyennes sections (14 enfants) et l’après-midi avec la classe habituelle : les moyennes et grandes sections (17 enfants).

peinture
La matinée s’est bien déroulée. J’ai tourné sur trois ateliers : un pâte à modeler, un où les enfants faisaient des constructions libres et un troisième où je prenais deux enfants pour faire de la peinture (à la façon de Kandinsky : voir image ci-contre). On a commencé à peindre les carrés (pour faire le fond de l’image). Personne n’a fini avec de la peinture sur les habits ou les cheveux et, à part la table, je n’ai rien eu à nettoyer, OUF !
La motricité a également bien marché. Le pays des muets m’a garanti le silence une bonne partie de la séance !
Jusqu’à midi j’étais donc contente de ma journée.
C’était sans compter sur l’après-midi… Je ne sais pas à quoi c’est dû : les activités, le changement de classe, de disposition des tables… En tout cas, j’ai encore passé l’après-midi à crier. Entre les uns qui se tapaient dessus, d’autres qui criaient comme s’ils étaient dans la cour, certains qui prenaient un malin plaisir à me tenir tête et à refuser de faire ce que je leur demandais… Il y avait de quoi sérieusement se remettre en question !
La sieste des moyennes sections ressemble davantage à un spectacle de cirque. J’en ai même retrouvé un en train de renifler les fesses d’une des petites après lui avoir baissé en partie le pantalon…
Une horreur !
Le rassemblement sur le tapis était un véritable parcours du combattant. Récupérer les-uns par-ci, séparer d’autres qui se battaient par-là, consoler un qui pleurait parce qu’il avait pris un coup (le Xème de la journée).
J’en ai fait tomber (pour ne pas dire jeté) la boîte de ciseaux par terre pour avoir un peu d’attention. C’était tout simplement pathétique…
J’ai passé la deuxième partie de l’après-midi à prier pour que le temps accélère et que je puisse rendre les fauves à leurs parents…
Mon maître formateur est passé en coup de vent. Bonjour l’image que j’ai dû donner. Il me disait que le matin il avait visité une autre PE2 qui, elle, n’avait que 8 élèves (TPS et PS) et une ATSEM et qui, forcément, n’avait pas mes problèmes de gestion de la classe. Il y a quand même de sacrées inégalités je trouve…
Je commence vraiment à redouter les visites certificatives (participant à ma titularisation). Je n’ose même pas penser aux remarques que j’aurais pu avoir si une de ces visites avait eu lieu à ce moment-là…
Je ne sais vraiment plus comment m’y prendre. J’ai l’impression d’avoir tout essayé. Peut-être que ça vient de moi. Je n’ai peut être pas la prestance nécessaire pour m’imposer avec des enfants… D’un autre côté, je ne me vois pas leur faire faire des fiches à longueur de journée. Ça serait vraiment déprimant, autant pour eux que pour moi. J’ai envie de leur faire faire tout plein d’activités ludiques, que l’école soit un plaisir pour eux. Mais vraiment; là, ce n’est pas possible. Je ne pourrai pas tenir toute l’année comme ça ! Et quand je pense que je ne les ai QUE le lundi, je n’ose même pas imaginer la classe à l’année…
Je suis écœurée de cette journée. Je l’avais pourtant super bien préparée. Toutes mes fiches de préparation étaient prêtes. Les activités bien claires dans ma tête. Et pourtant, en une journée, ils ont vidé toute l’énergie que j’avais récupérée ce week-end. C’est à désespérer de progresser un jour et je commence à sérieusement me remettre en question… 

Vous aimerez peut-être :